Portail d'informations ski sur les pistes des Aravis

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Télésiège biplace fixe de la Taverne

Retour à la page des remontées mécaniques du Grand-Bornand 

Au sommaire :

  • La Taverne, second maillon de la chaîne de remontées village/domaine skiable du Chinaillon
  • Un appareil adapté au secteur de la Joyère, mais vieillissant
  • La gare aval
  • La ligne
  • La gare amont
  • Conclusion

 

La Taverne, second maillon de la chaîne de remontées village/domaine skiable du Chinaillon

Dans les années 50, la S.A "du téléski du Grand-Bornand" commença à équiper de remontées mécaniques les pentes du Chinaillon. En 1961, des propriétaires de terrains jaloux de la réussite de la S.A "du téléski du Grand-Bornand" décidèrent de créer une nouvelle société pour l'équipement du domaine skiable : la S.A "du téléski de la Mulaterie" qui installera le téléski de la Mulaterie en 1961. La commune, soucieuse du développement du domaine skiable quasi-inexistant vers la fin des années 60 décida de réunir en 1971-1972 les deux sociétés de remontées mécaniques pour l'établissement d'un accord concernant deux grands secteurs à équiper dans les années suivantes. Pour la S.A "des téléskis du Grand-Bornand", le projet est d'équiper les secteurs de la Côte et de la Joyère, notamment avec la liaison village/domaine skiable. Pour la S.A "Chinaillon Beausite", il s'agit d'équiper la vallée du Maroly.

Mais la S.A "des téléskis du Grand-Bornand" était bloqué dans la réalisation de la liaison depuis 1967 car des propriétaires de terrains survolés par les appareils n'avaient pas donnés leur accord... Ainsi, la société ne put qu'installer le téléski de la Côte en 1972 (qui constituai l'un des maillons de la liaison) avant de faire faillite. La commune reprit les parts de la société disparue et se mit à intervenir auprès des propriétaires. L'été suivant, tous les accords étaient rassemblés et le projet fut déterminé avec certitude. Il comprenait la réalisation de quatre appareils :

  • un télésiège débrayable deux places de "la Joyère" partant du parking de Rosay/Joyère (anciennement la scierie Bétemps) et montant jusqu'au plateau de la Joyère.
  • un télésiège deux places à pinces fixes de "la Taverne" partant de l'arrivée du télésiège de la Joyère et montant jusqu'aux chalets de la Taverne, non loin de l'arrivée du téléski de la Côte.
  • un téléski débrayable des "Arces" desservant l'espace débutant du plateau de la Joyère.
  • un téléski débrayable des "Combes" desservant une piste plus technique en contrebas du plateau de la Joyère.

Il est intéressant de noter qu'entre les appels d'offres des appareils et leur mise en service, les téléskis des Combes et des Arces (ci-dessus) se sont échangés mutuellement leurs noms, devenant définitif.

Le plateau de la Joyère : un cadre idéale pour le ski en famille et les débutants

 

Les études pour l'implantation des appareils ont été terminées fin juin. Les entreprises ont pu ainsi présenter leurs offres au cours du mois de juillet 1973, au cours duquel les entreprises Pomagalski, Weber, Montaz-Mautino et Montagner ont répondus. Le 26 juillet, le conseil municipal s'est réuni pour examiner les propositions et attribuer les travaux. Certaines entreprises ne pouvaient pas assurer la construction des quatre appareils et furent donc mis de côté. Finalement, il fut décidé d'attribuer les travaux à l'entreprise Pomagalski, qui assurait l'ensemble des équipements et dont le matériel avait déjà fait ces preuves dans d'autres stations.

Début août, les tranchées pour les passages des appareils en forêt ont commencé à être ouvertes mais ce n'est qu'à la fin du mois d'août 1973 que commencèrent les travaux dont voici le planning :

Les appareils ont pu fonctionner à partir de l'hiver 1973-1974 au bonheur des skieurs qui n'avaient plus besoins de monter en voiture jusqu'au Chinaillon !

On montait depuis le village avec le télésiège de la Joyère jusqu'au plateau. De là, les skieurs avaient le choix entre rejoindre le domaine du Chinaillon à l'aide du télésiège de la Taverne ou alors de skier sur ce secteur ensoleillé en empruntant le téléski des Arces pour les skieurs moyens ou le téléski des Combes pour les novices. Partant de l'arrivée du télésiège de la Joyère et montant jusqu'au niveau de la butte de la Taverne, le télésiège biplace de la Taverne permettait ainsi d'accéder au plateau de la Côte en faisant office de second tronçon, ce qui le rendait dépendant en grande partie de l'affluence sur le télésiège de la Joyère. Durant les années qui suivirent, l'affluence grandissante au pied des appareils de la Joyère (qui fut transformé en télécabine en 1979 suite à un incident) et de la Taverne commença à se faire sentir et pour faire face à ce problème qui compromettait l'accès rapide au domaine d'altitude donc l'attractivité résidentielle du village, le télésiège de la Taverne fut doublé en 1984 par le télésiège du Crêt, sur un tracé inédit.

Restait le point noir de la Joyère...

La solution fut trouvée en 1986 avec la construction de la télécabine du Rosay sur un tracé direct reliant le Pont de Suize au plateau du Rosay, court-circuitant donc la chaîne constituée par la Joyère puis les télésièges Taverne et Crêt...

 

Voici un résumé schématique des différentes étapes de la construction de la liaison entre le village du Grand-Bornand et le domaine skiable du Chinaillon :

 

Les années phares du plateau de la Joyère se terminèrent ainsi brutalement cette année-là. En grande partie délestée de sa mission de relier le village au Chinaillon, le plateau de la Joyère fut dès lors entièrement reconvertie en espace débutant familiale, comme en témoigne la mise en place d'un forfait spécial "secteur Joyère" dans les années 1990 pour combler le déficit d'affluence de ce secteur, surtout après avoir du réinvestir sur le remplacement de la télécabine de la Joyère suite à un incendie en janvier 1993 qui a entièrement détruit la gare amont. 

 

 

Situation du télésiège sur le plan des pistes :

Le télésiège de la Taverne dessert quatre pistes. La piste de la Sapinière retourne au départ de l'appareil en longeant la ligne pour arriver sur le haut du plateau. La piste de la Côte permet de rejoindre la totalité des appareils du plateau du Rosay, par conséquent l'axe Rosay/Lachat. La piste des Trolles descend quant à elle tranquillement au coin des forêts en direction du télésiège du Crêt, dont l'arrivée se situe juste en contrebas de celui de la Taverne. Enfin, la mythique piste des Envers permet de regagner le village du Grand-Bornand.

 

 

Un appareil adapté au secteur de la Joyère, mais vieillissant

La réalisation du télésiège de la Taverne a été confiée à l'entreprise Pomagalski qui fournira en même temps les trois autres installations équipant la Joyère en 1973. La gare aval figurait dans la gamme classique pour cette époque chez ce constructeur où la structure se compose d'un massif en béton supportant la chaîne cinématique (principal et secours) ainsi qu'un toit. La ligne ne possédait aucun particularité et la gare amont est de type retour-tension par contrepoids, ce qui était à l'époque le seul moyen d'assurer la tension de l'appareil, les vérins hydrauliques n'ayant fait leur apparition que cette même année.

Depuis cette période, le télésiège de la Taverne n'a jamais cessé de fonctionner, malgré la venue en 1984 du télésiège du Crêt dans le but de le doubler. Le débit de l'appareil devient quelquefois insuffisant lors de fortes affluences mais se porte bien le reste du temps.

Actuellement, le télésiège de la Taverne demeure le plus vieux télésiège de la station mais aucun projet de remplacement ne semble se dessiner.

 

 

Les caractéristiques actuelles du télésiège de la Taverne :

Caractéristiques administratives :

  • Nom de l'installation : la Taverne
  • Type d'appareil : télésiège à pinces fixes 
  • Secteur : Joyère
  • Commune : le Grand-Bornand 
  • Exploitant : SAEM "les Remontées mécaniques du Grand-Bornand"  
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Constructeur : Pomagalski
  • Année de construction : 1973

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude de la gare aval : 1380 m
  • Altitude de la gare amont : 1530 m
  • Longueur : 850 m
  • Dénivelé : 150 m
  • Pente moyenne : 17%
  • Pente maximale : 34%

Caractéristiques techniques :

  • Emplacement de la station motrice : aval
  • Type de gare motrice : gare 15-80
  • Type de motorisation principal : moteur à courant continu
  • Puissance du moteur principal : 81 kW
  • Type de motorisation de secours : moteur thermique
  • Puissance du moteur thermique : 44 kW
  • Réducteur : Hansen
  • Emplacement de la station de tension : amont
  • Type de tension : contrepoids
  • Mouflage : 4 brins
  • Masse du contrepoids : 8100 kg
  • Diamètre de la poulie motrice : 3.2 m
  • Diamètre de la poulie retour : 3.2 m
  • Diamètre du câble : 26 mm
  • Capacité des sièges : 2 personnes
  • Nombre de sièges : 89
  • Espacement des sièges : 20 m (8s)
  • Dispositif d'accouplement : pince fixe
  • Embarquement : de face
  • Aide à l'embarquement : non

Caractéristiques de la ligne et d'exploitation :

  • Nombre de pylônes : 8
  • Nombre de virages : 0
  • Largeur de la voie : 3.5 m
  • Sens de montée : gauche
  • Sens d'exploitation : montée
  • Vitesse en ligne : 2.5 m/s
  • Vitesse en marche de secours : 1.12 m/s
  • Temps de montée : 5mn 40s
  • Débit : 900 p/h

 

La gare aval

La gare aval est située sur le plateau de la Joyère, à 1380 mètres d'altitude à proximité immédiate de la gare amont de la télécabine de la Joyère. C'est ici que ce trouve la partie motrice de l'appareil. Cette gare aval Pomagalski se compose d'un massif en béton supportant une structure métallique où sont montées la chaîne cinématique à l'arrière (moteurs, réducteur, poulie motrice) et un toit à double pans en bois pour protéger la chaîne cinématique.

 

La gare aval du télésiège avec la gare amont de la télécabine de la Joyère juste derrière :

La gare aval vue en arrivant de la piste de la Sapinière

Vues sur la gare :

La poulie motrice, avec le moteur électrique à gauche du massif en béton et le moteur thermique à gauche de la poulie, plus à l'avant de la gare :

La gare aval et le début de la ligne : 



Le portique en compression, placé juste après l'embarquement :

 

 

La ligne

Au départ de l'installation, on commence par monter tranquillement vers le pylône 2. On survole ensuite le plateau, et notamment le téléski des Combes croisant le télésiège juste avant le pylône 3 de ce dernier. Après un court replat entre les pylônes 3 et 4, la pente devient plus forte en montant vers le pylône 5 où l'on rentre dans un petit bois. A partir du pylône 5, la pente reste relativement faible jusqu'à l'arrivée. On sort du bois au pylône 6, au niveau duquel part également la piste des Envers. 

La ligne comporte 8 pylônes numérotés de 1 à 8. Dans l'ordre de la montée, cela donne :

  • P1 : 8C/8C
  • P2 : 8S/8S
  • P3 : 6S/6S
  • P4 : 2S4C2S/2S4C2S
  • P5 : 12S/12S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 6S/6S
  • P8 : 4S/4S

 

Vues sur la ligne :

Vue aérienne de la ligne avec l'emplacement des pylônes :


Le début de la ligne du télésiège :

Le début de la ligne du télésiège avec la gare amont de la télécabine du Rosay juste derrière et la gare aval du téléski des Combes à droite :

Le pylône 2 :

La ligne avec les villages du Grand-Bornand et de Saint-Jean-de-Sixt au fond de la vallée : 

La ligne du télésiège jusqu'à l'entrée du bois, avec le survol du téléski des Combes à droite, vue de la piste des Mousserons :

La ligne du télésiège sur le plateau de la Joyère :

La ligne au niveau du passage dans le bois :

La fin de la ligne, avec la piste de la Sapinière au-dessous :

La fin de la ligne vue en commençant à descendre sur la piste des Envers

La dernière portée de la ligne avec le Danay en arrière-plan : 

Pylône 2 : 

Portée entre les pylônes 2 et 3, avec le survol de la piste de la Sapinière et du téléski des Combes : 

Pylône 3 : 

Pylône 4, on attaque la montée à l'entrée du bois : 

Portée entre les pylônes 4 et 5 : 

Pylône 5 : 

Portée entre les pylônes 5 et 6, où la pente est redevenue quasiment plate jusqu'à l'arrivée :

Pylône 6, après lequel on survole le départ de la piste des Envers

Portée entre les pylônes 6 et 7, avec la piste de la Sapinière à droite : 

Pylônes 7 et 8 d'arrivée : 

 

La ligne était initialement entièrement constituée de sièges carrés (photo de gauche). Au cours de ces dernières années, certains arceaux vieillissants ont été remplacés par d'autres, de forme plus arrondie, provenant des sièges du télésiège de la Tolar (1974-1999). Ces derniers étaient des sièges de type "Goutte d'eau" (photo de droite) : 

 

 

La gare amont

La gare amont est située sur le plateau de la Joyère à 1530 mètres d'altitude. Elle est constituée d'une simple poulie de retour tension par contrepoids montée sur un pylône tubulaire. Ce type de tension, typique des premiers téléportés jusqu'au début des années 1970, se raréfie au profit des tensions hydrauliques, moins encombrantes et plus souples. 

 

Au niveau du débarquement du télésiège :

Vues sur la gare :

 

 

Conclusion

Le télésiège de la Taverne permet toujours de rejoindre le plateau du Rosay depuis la Taverne. Adapté pour les débutants, bon nombre d'entre eux l'utilisent également pour skier sur la piste verte longeant l'installation. Actuellement, le télésiège a encore de beaux jours devant lui car son remplacement n'est pas envisagé.

 

Retour à la page des remontées mécaniques du Grand-Bornand